Sarkan
Bienvenue sur Sarkan !

Vous êtes un loup, encore dans votre lieu d'habitation. Votre plus grande force est une qualité bien particulière. Vous êtes le plus rapide ou le plus fort, le plus diplomate ou le plus roublard... Cette qualité est votre "qualité élite", où vous surpassez les autres loups autour de vous.

Une île existe, loin de chez vous. Les loups y sont enlevés par une force inconnue. Tous ont, comme vous une qualité élite. Si deux meutes sont dirigées par des louves, une reste sans Alpha, laissant ses membres perdus, et sans ressource.

Somnolent, vous allez vous coucher... Vous réveillerez-vous au même endroit ou sur cette île au milieu de l'océan ?

Sarkan

L'île déserte et paisible au milieu de l'océan
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Mar 14 Juil - 19:29


Le temple. Étrange construction, à demi avalée par la nature à certains endroits. Il se dressait, à la fois immense et modeste, devant le loup noir qui hésitait à son entrée.

Yingzi tourna la tête, observa le ciel au curieux mélange ocre et carmin, presque noirâtre à certains endroits. Le cycle terrestre lui manquait. Le soleil et son opulente chaleur, la lune et sa caressante douceur.

C'était ce qui l'avait poussé à venir ici.

Pourtant, Yingzi n'était pas croyant. Oh, il n'était pas totalement hermétique à l'idée, mais il ne s'y était pas encore penché depuis qu'il était arrivé ici. Il en résultait un état d'esprit agnostique, qui sans être totalement sceptique et sans rejeter l'idée même de la croyance, la laissait filer dans les airs sans l'attraper au vol pour voir de quoi il en retournait, pour comprendre et savoir appréhender cette idée en vogue sur Sarkan.

Mais aujourd'hui, il voulait savoir. Il voulait comprendre.

Il pénétra dans l'obscurité du temple et entreprit d'en observer l'intérieur. Des statues se dressaient devant lui. Des bipèdes ? Cela l'interloqua. Il n'en avait jamais connu mais il les avait vu, ces humains étranges, et il avait surtout entendu beaucoup de chose à leur sujet. Yingzi secoua la tête : S'il devait croire en la lune, ce n'était sûrement pas sous sa forme de bipède qu'il l'imaginerait et la vénèrerait, mais sous sa robe d'argent scintillante, parfois croissant et parfois pleine, mais toujours gracieuse.

Il inspira profondément à ce souvenir. Combien de fois avait-il laissé son regard se balader sur sa surface ronde et lisse ? Maintenant qu'elle n'était plus là, il comprenait à quel point il aimait les choses telles qu'elles étaient, telles qu'il les avaient toujours connues. Nuit et jour se succédaient en harmonie et, si l'un ou l'autre disparaissaient à tout jamais, lui-même se perdraient à jamais.

« Quand reviendras-tu, ma douce ? »

Comme pour tous, elle l'avait accompagné tout au long de sa vie. Dans ses erreurs comme dans son bonheur. Et sur cette île, elle était plus présente que jamais.

Il repensa à cet étrange songe qui l'avait laissé pantelant et intrigué, un beau matin. Celui où cette Dame en robe de velours scintillante annonçait qu'elle s'en allait guerroyer. Son coeur se serra, la blessure à son flanc lancinait, douloureuse.

Si cette déesse disparaissait, alors le monde perdrait pour toujours ses couleurs, ses marées, ses surprises et sa beauté. Il deviendrait terne comme son propre coeur. Et il n'y aurait plus aucun intérêt à rester.

« Reviens-moi, grande Dame à la parure d'argent, que je chante à nouveau devant ta forme changeante. »

Lorsqu'elle reviendrait, il se ferait un plaisir d'hurler pour elle, comme il le fit tant de fois auparavant, lorsqu'il était en meute et qu'il entremêlait sa voix à celle de ses confrères.

Il baissa la tête devant la statue, et se retourna pour quitter le temple. Il ne jeta pas un regard en arrière, mais la tendresse et la foi étaient dans son coeur.

Il comprit alors qu'il était hésitant face à la croyance en cet être magique et luminescent. Trop de choses inexplicables se déroulaient ici pour qu'il puisse continuer à fermer son coeur aux signes que lui envoyaient l'île entière.

Portant dans son coeur une tristesse incommensurable, un espoir sans limite et une foi encore quelque peu ténue, il quitta le temple avec un dernier au revoir à sa bien-aimée aux tréfonds de son âme.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe
Alpha du Forum
Alpha du Forum
avatar

Messages : 5213

Votre Loup
Jauge combat:
15/100  (15/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Mar 14 Juil - 19:45

    Absinthe avait été jusqu'à l'étang. C'était un renouveau, ou plutôt, une avancée. Elle avait bien trop soif et de l'étang, elle pouvait voir le temple. Elle n'était pas angoissée que tout disparaisse en fumée.

    A son retour, elle s'arrêta à la porte. Quelqu'un parlait. Elle tendit l'oreille, se demandant si c'était un impie qui venait cracher sur les ruines de tout ce qu'Absinthe portait dans son coeur.

    Mais non. C'était quelqu'un qui priait pour son retour. Le coeur d'Absinthe se serra et elle entra dans le temple, comme un étrange squelette. Elle n'était vraiment plus très épaisse. Mais au moins, elle n'avait plus le flanc creux de ne pas avoir assez bu. Absinthe se racla légèrement la gorge pour s'annoncer sans hésitation.

    "Je prie nuit et jour pour que Mene et Morpheus trouvent la puissance nécessaire. J'espère plus que tout que la totalité de Sarkan sera en sa faveur... Que les enfants de son ennemi ne se reproduiront pas. Qu'elle triomphera."

    Elle était faible sur ses pattes mais elle s'avança et s'assit.

    "Est-ce que prier en duo serait acceptable pour toi ?"

    Certains préféraient prier seul.

_________________
Clique pour aider Sarkan !
« Vingtor rise to face the snake with hammer high at the edge of the world »


Dernier entraînement : Intelligence le 22 juillet

Mon site de dons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarkan-island.forumactif.fr
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Mer 15 Juil - 19:01


Alors que le loup noir s’apprêtait à sortir de la majestueuse bâtisse, une jeune louve entra, se raclant la gorge pour s’annoncer. Sortant de ses pensées, Yingzi porta son attention sur elle.

La première chose qui le frappa à son sujet fut son odeur. C’était l’effluve qui emplissait le temple. Parfum marquant et prononcé à côté des diverses odeurs de loups inconnus qui emplissaient cet endroit. Elle devait venir souvent en ce lieu, du moins ces derniers jours.

Par ailleurs, son odeur avait quelque chose de caractéristique, qu’il connaissait déjà. Un loup, du nom de Croc-Blanc si ses souvenirs étaient fiables, portait une odeur similaire. Celui-ci lui avait dit venir du Kohinoor, terre inconnue de Yingzi, située au nord de l’île. Etait-ce de cette meute dont faisait partie la jeune louve sur laquelle il posait les yeux ?

La seconde chose qui le frappa fut la silhouette frêle qui s’imposa à ses yeux. La louve semblait jeune, et son corps un tantinet maigrichon. Et dans ses yeux se lisaient l’inquiétude, comme dans sa voix lorsqu’elle parla.

Etait-elle croyante ? A ses paroles, Yingzi comprit que c’était le cas et même davantage : à la croire, et à croire tous les signaux que renvoyaient sa silhouette maigrelette, elle devait en effet passer son temps dans ce temple à implorer la déesse.

Elle lui proposait de prier avec elle. Cette question déstabilisa Yingzi, mais non pas parce qu’il ne le souhaitait pas : c’était parce que cela était tout nouveau pour lui. Cette croyance et son acceptation étaient encore si frais. Et sa foi lui semblait bien ténue face à la croyance indéfectible d’une louve qui priait nuit et jour.

Il avait l’impression qu’il aurait pu croire en n’importe quoi. En la terre, en la mer, en le soleil. Mais c’était la Lune qui lui manquait et qu’il appelait dans son cœur, pas la terre qui ne bougeait pas d’un poil sous ses pattes. Sans les marées dont la lune parait la mer, celle-ci perdait ses atours dangereusement nobles et magnifiques. Sans la lune et la nuit douce et fraîche, le soleil n’était même plus présent. C’était la Lune qu’il appelait, et seulement elle. C’était pour elle qu’il avait chanté en meute, seulement elle. C’était en elle que résidait la foi du loup noir.

« Alors, Mene… La Lune – il préférait l’appeler ainsi, car c’était sous ce nom qu’il l’avait toujours connue, qu’elle l’avait toujours accompagné et veillé, là-haut dans le ciel – est vraiment partie en guerre ? Contre qui se bat-elle ? Pourquoi ? »

Il avait encore tant de questions, et si peu de réponses. Mais il se retint, ne voulant pas assommer la jeune louve par ses indélicatesses – elle avait l’air bien assez éprouvée comme cela.

Et la question qui lui brûlait davantage les lèvres… Elle reviendra, hein ? Mais cette question, il le sentait, était sur toutes les lèvres, dans tous les cœurs.

S’il fallait prier, c’était pour que la réponse soit oui.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe
Alpha du Forum
Alpha du Forum
avatar

Messages : 5213

Votre Loup
Jauge combat:
15/100  (15/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Jeu 16 Juil - 10:37

    Absinthe posa son regard pairs sur le mâle noir. Il avait l'air... Perdu. Mais pas forcément perdu comme elle. Sa capacité à déchiffrer sentiments et expressions se délitait chaque jour que se crépuscule volait, chaque jour sans rayon de Lune qu'elle ne puisse boire.

    "Je ne vois pas d'autre explication, en effet" souffla t-elle de sa gorge déjà sèche à nouveau, ou plutôt serrée.

    L'absence de Mene était comme un trou dans sa poitrine qu'elle tentait de remplir avec le peu de spiritualité qu'elle pouvait produire seule. Pas une seule caresse de lumière apaisante, pas de sérénité, pas de pensée aux jours heureux que passait sa mère.

    "Si j'ai bien compris" commença Absinthe, et elle savait qu'elle avait retourné chaque information qu'elle avait dans son esprit, elle avait donc bien compris, "Mene a une sorte d'ennemi. Un ennemi qui cherche à semer la plus grande zizanie possible, comme si c'était dans sa nature de chercher à entraver la déesse. Il y a des années, bien avant que je naisse, un loup monstrueux a parcouru les terres de Sarkan, un certain Draugluin. Apparemment, c'était une des premières fois que la manifestation de l'Autre était si forte. Ce loup monstrueux a violé de nombreuses femelles. Elles sont tombées enceinte et ont mis au monde des rejetons maudits, soit des louveteaux noirs comme leur père, soit des coyotes."

    Elle se lécha légèrement le bout du museau, sentant sa truffe sèche comme une vieille écorce.

    "Par l'intermédiaire de Morpheus, Mene a exigé que les louveteaux maudits et les coyotes soient abandonnés pour mourir de faim ou abattus. Ils étaient comme une ouverture dans le terrier, comme une faille dans la roche par lesquels entrer. Un pied de l'Autre sur Sarkan pour forcer plus de ses manifestations, envahir le sanctuaire de l'île et modifier, voire détruire ce que nous connaissons. Mene aurait aussi admis ne pas pouvoir tuer sur commande elle-même, car ce serait briser un équilibre qu'elle s'évertuait elle-même à faire, que tout devait venir des habitants mortels."

    Toute cette histoire avait tellement de sens pour Absinthe. Elle trouvait cela tellement logique de sacrifier ce qui la menaçait et menaçait sa famille.

    "Mais certains ne l'ont pas fait. Des coyotes se sont développés, les loups maudits aussi. Avant de partir, dans un rêve, Morpheus a demandé que ces coyotes et les loups maudits ne puissent pas perpétuer le sang pour ne pas les affaiblir dans leur combat et augmenter la faille vers Sarkan."

    Sa voix s'éteignit tandis qu'elle terminait son histoire.

    "Peut-être que Morpheus perdra la vie dans cet affrontement... Qui veillera sur nos réveils, alors...?"

_________________
Clique pour aider Sarkan !
« Vingtor rise to face the snake with hammer high at the edge of the world »


Dernier entraînement : Intelligence le 22 juillet

Mon site de dons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarkan-island.forumactif.fr
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Mar 21 Juil - 23:06


Silencieusement, respectueusement, Yingzi écouta la femelle lui raconter ce qu’elle savait au sujet de la déesse Lune. Il se sentait curieusement vide, tandis que le flot de paroles portées par une douce voix mais au contenu si amer se fichait dans son esprit. Stoïque, il laissa la jeune louve parler sans l’interrompre un moment. Et lorsqu’elle se tut, long fut le silence qui succéda à ses paroles.

Une chape de plomb s’abattit sur les épaules du loup noir, qui eut presque l’impression de vaciller. Un poids lourd et inextricable. Le poids de la compréhension, le fardeau du malheur qui se tramait autour de lui.

Le loup noir prenait enfin conscience de ce qui se jouait parmi les forces supérieures spirituelles qu’il ne pouvait atteindre. Il n’avait pas mesuré l’impact de la disparition de la lune, de ce crépuscule éternel. La lumière se faisait seulement maintenant dans son esprit, et c’était effrayant.

Trop effrayant. Il en eut presque envie de pleurer, tandis que les pensées se bousculaient dans son esprit.

Il aurait presque eu envie de ne plus faire corps avec la solitude. De pouvoir partager ses craintes avec ses pairs. Tout ce qui le retenait loin des meutes semblait soudain si futile, face à ces révélations.

Pourtant, il s’était inquiété de ce crépuscule éternel. Il s’était demandé si la lune reviendrait. Mais il comprit que, si sa déesse perdait, tout deviendrait un cauchemar.

Et penser que le mal avait déjà sévi le fit frissonner. Les coyotes, les loups maudits, ses rejetons ? Il pensa à Pandore, à Arkaon. A leur discussion dans ces souterrains morbides, leurs histoires de famille qui avait si peu intéressé Yingzi. Il comprit aussitôt l’étrangeté de la coyote, le malaise qu’il ressentait en présence du loup noir, comme avec Jaws of Thirst. Des pauvres loups, condamnés à la solitude parce qu’ils avaient été enfantés d’un démon et portaient sur leurs pelage le fruit du mal.

Il sentit son cœur se serrer. La pitié envahir son corps, et de discrètes gouttes embuèrent ses iris ambrés.

Le mal avait engendré de pauvres êtres. Des âmes damnées, condamnées avant même d’exister, dont la vie serait nécessairement un malheur, rejetées de tous.

Si Jaws of Thirst était loin dans ses pensées – sa méchanceté ne permettait pas la compassion –, il pensait fortement à Arkaon et Pandore. Arkaon, qui avait semblé conscient du mal-être qu’il inspirait. Tous deux avaient même l’air plus honorable que Yingzi pour de multiples raisons. Alors que Yingzi volait sans scrupule de la nourriture aux meutes, ce n’était pas le cas de ces deux-là qui se contentaient de rat. Mais leur vie n’était qu’un triste sort à cause de cet ennemi de la Lune.

Ce qui attristait, révulsait et angoissait Yingzi, c’était d’imaginer ce dont était capable cet Autre : s’il pouvait sans problème laisser une malédiction porteuse de malheur et de mort pour héritage alors que veille la déesse, que pourrait-il faire une fois celle-ci vaincue ?

Il fallait que la Lune reste forte, qu’elle revienne.

Yingzi ferma la porte aux questionnements qu’évoquait en lui la jeune louve en expliquant que certains refusaient de tuer les louveteaux maudits ; C’était partir dans des questions d’éthique qu’il ne souhaitait pas aborder.

A vrai dire, à ses yeux, seule comptait l’infamie de celui qui luttait contre la Lune et la possibilité, réelle, que jamais plus le croissant ne veille sur lui dans son sommeil.

Il regarda la femelle, dans les yeux. Des yeux si étonnants, qui le déstabilisait par leurs étranges couleurs différentes. Il y lut son angoisse, reflet de celle qu’il éprouvait désormais également.

Elle lui avait demandé s’il souhaitait prier. Mais Yingzi était pudique devant cette foi encore neuve. Il n’avait jamais réellement prier seul, alors à plusieurs ? Il fallait parler à voix haute ? Et s’il se ridiculisait ? Et partager ses pensées intimes avec une inconnue n’était-il pas gênant ? Même dans la meute dont il fit autrefois parti, bien avant de se retrouver sur Sakan – comme cela lui semblait loin à présent ! –, la foi était fort peu pratiquée et il ne s’était jamais intéressé aux deux-trois loups pratiquants. Et aujourd’hui, il se sentait perdu.

Mais il ne pouvait pas dire non à la louve. Pas après tout ce qu’elle lui avait dit. Pas alors que le loup noir avait prit conscience de l’enjeu qui se jouait.

Surtout pas devant ses yeux doux et tristes, devant sa maigre silhouette, devant son espoir qu’il devinait puissant mais qui, peut-être, avait besoin d'être épaulé.

« Prions ensemble pour notre Lune. Qu’elle nous revienne et que sa beauté éclaire à nouveau chaque chose avec délice et douceur. »

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe
Alpha du Forum
Alpha du Forum
avatar

Messages : 5213

Votre Loup
Jauge combat:
15/100  (15/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Mar 21 Juil - 23:35

    Absinthe plongea son regard vairon dans celui du mâle. Et elle y lût la compréhension. L'horreur de la connaissance. Heureux les imbéciles, disait sa mère, Absinthe se sentit soudain... Coupable. Non pas d'avoir dit la vérité, mais d'avoir donné à ce mâle noir la connaissance. Ce fardeau du savoir. Un savoir bien trop dur pour être supporté en une fois, qui laissait quelques gouttes de sueur froide baigner votre nuque et votre échine se hérisser. C'était la première fois qu'Absinthe avait la sensation d'attirer un "peu croyant" vers une croyance plus solide. Et elle se rendit compte que c'était un cadeau empoisonné dans les temps les plus sombres : Personne ne voulait être perdu dans la nuit, personne ne voulait perdre quelque chose qu'il avait souhaité avoir.

    Ce mâle devait maintenant penser avec horreur qu'il avait perdu une chose dont il n'avait pas conscience d'avoir besoin lorsqu'elle était là.

    Il accepta de prier.

    "Je vais mener pour la première prière si cela ne te dérange pas. Prie pour toi-même, dans ton esprit, ou tu peux écouter et participer de toute ton âme. Je ne pense pas que nous puissions faire du mal en étant sincères."

    Elle inspira, expira, observa le visage plongé dans l'ombre. Le museau du loup de pierre. Elle pensa à la lumière de la Lune, à cette relation qu'elle avait développé depuis son enfance.

    "Déesse Lune... Vous N'avez pas idée à quel point Vous me manquez. Vous avez rejoint la bataille et plus que jamais, je prie pour Vous. Pour Morpheus, pour tous Vos compagnons. Jamais je n'ai été plus malheureuse qu'en Votre absence, je suis perdue sans Votre lumière et je ferai tout pour que Vous reveniez. Nous sommes deux loups, deux êtres dévoués, cherchant uniquement à Vous envoyer le plus de puissance possible..." Elle se rendit compte qu'elle avait besoin de renifler... Et qu'elle s'était mise à pleurer à chaudes larmes et à sangloter. "Nous perdons pied sans Vous, nous voulons que Vous triomphiez. Nous sommes Vos soldats, Vos crocs dans l'adversité, Vos griffes contre l'opposé. Jamais Sarkan ne sera sans Vous tant que nous vivrons pour Vous défendre."

    Elle ferma les yeux, ses crocs serrés sur des mots presque hargneux.

    "Jamais je n'arrêterai de me battre, jamais je n'arrêterai de prier. Jamais je n'oublierai la Lune et Sa cape argentée. Cette île est Votre, Mene, et même seule devant mille de Vos ennemis, je ne cesserai jamais de me débattre pour Vous accompagner. Prenez soin de ma mère, je Vous en prie, croyez en sa puissance car elle était une profonde croyante. Et surtout, croyez en nous en retour, je Vous en prie... Nous avons besoin de Vous. De Votre lumière et de Morpheus, votre Lame et Guerrier dans la bataille."

    Tremblante, Absinthe ouvrit les yeux en haletant. C'était presque aussi intense que lorsqu'elle priait dans son esprit.

_________________
Clique pour aider Sarkan !
« Vingtor rise to face the snake with hammer high at the edge of the world »


Dernier entraînement : Intelligence le 22 juillet

Mon site de dons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarkan-island.forumactif.fr
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Dim 26 Juil - 18:41


Le loup noir acquiesca lorsque la femelle - dont il ne connaissait toujours pas le nom, d'ailleurs - lui indiqua qu'elle mènerait la première prière. Il cacha son soulagement ; s'il avait dû parler le premier, ses propos auraient été maladroits et hésitants. Il ne savait pas comment s'y prendre.

Tandis qu'elle commença la prière, Yingzi se plaça à côté d'elle afin de faire face à la statue représentant la Déesse. Mais il ferma les yeux et, sous ses paupières closes, il voyait la Dame d'Argent à la parure scintillante, si haute dans le ciel noir, étendant sur le monde sa cape étoilée. Ses rondeurs changeantes, pleines ou croissantes.

C'était vraiment la reine de la nuit. Elle était toujours là, à veiller sur eux. Son seul répit venant les nuits de nouvelle lune. Et encore, peut-être était-elle quand même présente, à observer cachée aux yeux de tous ? Maîtresse du monde nocturne, c'était elle qui illuminait le monde, qui permettait de voir sous le ciel d'encre. On ne pouvait pas l'oublier.

Mais parfois, elle était également là le jour. Face au soleil, en retrait, elle contemplait le monde en silence. Dans ces moments, il était possible de ne pas la voir, de la manquer. Mais un attentif pouvait apercevoir sa silhouette claire dans le bleu azur, si discrète.

En fait, elle était presque toujours là. Mais ne remarque-t-on pas que les choses nous manquent que lorsqu'elles ne sont plus là ?

Yingzi souhaitait qu'elle revienne. Il craignait de ne jamais la revoir. A côté de lui, la jeune louve continuait la prière, et sa voix était forte et assurée malgré les larmes et sanglots qui la secouaient doucement. Une puissante ferveur transparaissait à chacun de ses mots et touchaient Yingzi au plus profond de son être. La douleur qu'elle éprouvait était communicative, et le coeur du loup noir se serrait de tristesse.

Par une seule hésitation dans sa voix. Sa vie était vouée à Mene ; Aux yeux de Yingzi, cela ne faisait aucun doute. Elle devait être plus désemparée que jamais par l'absence de la Lune, et d'autant plus en sachant la sombre bataille qu'elle menait, loin d'eux.

Ecoutant avec attention, laissant chaque parole résonner dans l'air, s'infiltrer par ses oreilles, couler dans ses veines, il joignit en silence sa volonté à celle de la louve, les pensées tournées vers cet être lumineux qui était leur guide.

Lorsqu'à sa litanie succéda le silence, le loup noir prit la parole à sa suite. Si leurs prières pouvaient être d'une quelconque aide pour la Lune et Morpheus, si elles pouvaient leur apporter un quelconque encouragement, cela suffisait pour mettre de côté la pudeur.

"Que ses paroles portent jusqu'au coeur de Celle qui nous éblouit dans le noir néant... Qu'elles soient soufflées dans le cor, hurlées et chantées pour Elle."

Contrairement à ce qu'il aurait pu croire, ses paroles étaient peu hésitantes. Il se sentait toutefois un peu maladroit, légèrement timide - et si léger à côté de l'intensité de la prière de la louve ! -, mais c'était l'intention qui comptait.

Et l'intention était là.

"Chère Lune, notre plus vieille et plus intime amie... Aiguisons notre foi, et qu'elle soit ton arme. Harnachons-la, et qu'elle soit ta monture. Levons-la, et qu'elle soit ton étendard. Qu'elle soit la cape qui te dissimule aux yeux de tes ennemis. Et surtout, qu'elle soit la lumière qui auréole ta gloire."

Yingzi n'en dit pas plus, mais ses pensées bouillonnaient et s'emmêlaient sous son crâne.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe
Alpha du Forum
Alpha du Forum
avatar

Messages : 5213

Votre Loup
Jauge combat:
15/100  (15/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Dim 26 Juil - 19:04

    Absinthe frissonna et écouta ce mâle prendre le relais. Au moins, il avait l'air de vraiment vouloir s'investir. Ses mots furent plus courts, mais tout aussi chargés de sens et de volonté. Absinthe sécha doucement ses larmes en frottant son museau contre ses pattes, puis elle tourna la tête vers le mâle noir.

    "Le Kohinoor aurait bien besoin d'un loup comme vous, aussi affirmé et capable de prier sans hésitation. Mais que vous soyez sur Sarkan est bien suffisant, tant que cela aide Mene."

    Elle avait perdu comme une partie de ses sens avec le départ de la Lune, c'était probablement de la suggestion, mais quelque chose en lui avait l'air... Différent.

    "Je suis désolée, vous appartenez peut-être déjà à une meute... Ma truffe me joue des tours depuis que j'ai perdu une partie de mon poids et de mes repères. Je suis Absinthe, du Kohinoor, comme vous l'avez sans doute compris."

    La femelle aux yeux vairons aurait aimé avoir une âme avec qui échanger sans détour sur Mene. Absinthe aimait pouvoir prier à plusieurs, elle avait la sensation que sa voix portait plus. Et surtout, quoi de mieux pour Mene que d'avoir le plus de prêtres possibles ? Peut-être qu'Absinthe avait eu raison de faire cet étrange rêve où elle s'était vu donner chacun de ses enfants aux meutes pour leur donner un prêtre de la Lune...

_________________
Clique pour aider Sarkan !
« Vingtor rise to face the snake with hammer high at the edge of the world »


Dernier entraînement : Intelligence le 22 juillet

Mon site de dons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarkan-island.forumactif.fr
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Dim 26 Juil - 21:37


Le loup noir resta encore un petit moment les yeux clos, ses pensées virevoltant sous ses paupières. Se défaire de tout ce qu’il avait appris ce jour demanderait un peu de temps ; Au moins plusieurs heures.

Il rouvrit les yeux et inspira doucement, enveloppé dans un flot d’émotions complexe. Revenant doucement sur terre après cette prière et ces révélations qui l’avaient emmené dans les hautes sphères spirituelles, il tourna la tête vers la jeune louve et laissa un fin sourire, qu’il espérait réconfortant, étirer ses babines lorsqu’elle posa son regard vairon sur lui.

Elle lui confirma qu’elle était du Kohinoor et lui dit son nom. Absinthe.

« Non, je ne fais partie d’aucune meute, lui répondit-il, le cœur serré. Je me laisse guider par mes pattes et aujourd’hui, c’est ici qu’elles m’ont amenées. Je me nomme Yingzi. »

S’il était content de faire sa connaissance, il ne le dit pas : ce n’était ni le lieu, ni le moment. Ces quelques mots lui auraient semblé trop futiles, trop légers dans la lourde atmosphère de craintes et d’espoirs qui planait autour d’eux.

« Pour le Kohinoor, et surtout pour la Lune, ne laissez pas la faim vous affaiblir. Si elle a besoin de votre foi sans faille, il faut que vous soyez forte. »

Il savait ce qu’était de vivre perpétuellement dans la faim, c’était son lot quotidien. Il se souvenait notamment de ses premières semaines de solitude à son arrivée sur Sarkan, de sa faim permanente qui le poussait à bout. Quand la disette s’installe, le désir de manger se tapit dans un coin de votre esprit pour y vivre durablement, jusqu’à ce qu’on l’y éjecte. Pensée continuelle, toujours en arrière-plan, insatisfaite et lourde.

C’était son fardeau de solitaire, mais un fardeau bien trop lourd pour une jeune louve si préoccupée, si angoissée, et dont toute l’attention était focalisée sur l’enjeu qui se jouait parmi les forces supérieures du monde.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe
Alpha du Forum
Alpha du Forum
avatar

Messages : 5213

Votre Loup
Jauge combat:
15/100  (15/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Lun 27 Juil - 12:19

    Yingzi. Yingzi le solitaire... Il était tout noir. Comme la nouvelle Lune, comme le ciel nocturne. Le ciel nocturne avec deux étoiles brillantes enchâssées en plein milieu. Absinthe se contenta d'acquiescer.

    "Ma meute s'occupe bien de moi pendant que je suis là. J'ai eu la visite de la fille de nos Bêtas qui m'a donné un rat, de mon frère Dragan qui m'a donné une partie de caribou qu'il a chassé... Enfin, c'est vraiment super de leur part. La meute du Kohinoor a pas mal de Croyants, je n'ai pas à me plaindre."

    Elle observa ce mâle. Cet inconnu avec qui, au final, elle avait beaucoup de points communs.

    "Tu es vraiment... Un loup agréable, et j'aime rencontrer des loups aussi investis. J'aime être... Entourée de Croyants, quand ça va mal. Ma mère était Croyante."

    Elle se sentait si perdue... Et épuisée. Le Kohinoor lui manquait un peu, elle se demandait si les blocs de glace en haut de la Kailash étaient toujours là, si les bords du haut de la rivière ressemblaient à des chapelets de dentelle gelée...

    "Il faut que Mene revienne. Que le cycle recommence."

_________________
Clique pour aider Sarkan !
« Vingtor rise to face the snake with hammer high at the edge of the world »


Dernier entraînement : Intelligence le 22 juillet

Mon site de dons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarkan-island.forumactif.fr
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Mer 29 Juil - 18:49


Les yeux ambrés du loup noir se posèrent sur ceux, vairons, d’Absinthe. Son œil bleu, et l’autre marron. L’un clair et l’autre sombre. Des yeux à la différence tranchante, étonnante, qui lui conférait un regard unique.

Sa douce et jeune voix expliquait à Yingzi le soutien qu’elle recevait de sa meute, du Kohinoor. Celui-ci se sentit rassuré de savoir qu’elle n’était pas seule, abandonnée par Mene et les siens. Au moins, ils veillaient sur elle pendant l’absence de la Lune. Elle ne mourrait pas de faim, et son angoisse devait s’en trouver apaisée.

Un autre sentiment apparut lentement dans le cœur du loup noir. Une sensation douceâtre et amère. Une pointe d’envie lui enserrait doucereusement le cœur. Un infime soupçon de jalousie, qu’il s’empressa d’enfouir dans les tréfonds de son cœur, derrière tout autre sentiment, caché dans les recoins obscurs de son être. Il se convainquit même que cette impression n’existait pas, qu’elle était tout autre. Qu’il ne s’agissait que d’une futile pensée éphémère, sans importance ni conséquence. Que sa solitude était sa maîtresse, son amante, sa vie et qu’en rien il ne la regrettait.

Il avait fait son choix. Voilà longtemps maintenant qu’il avait tourné le dos à toute vie en meute. Mais malgré son bonheur de n’avoir aucun compte à rendre, il résidait en lui, profondément ancré dans un coin de son être, cette tristesse de ne plus avoir de liens sociaux forts, affectifs. Il tournait le dos à cette sensation désagréable, il refoulait cette mélancolie au plus loin dans ses pensées.

Ce regret cohabitait avec la profonde marque qu’avaient laissé les douloureux évènements ayant décidé de son destin, ayant ouvert la voie à la solitude et à son départ de sa dernière meute. Aujourd’hui, après de longs mois – et bientôt, une année entière – passés sur Sarkan, cette cicatrice emplissait toujours une bonne partie de son cœur et ne lui permettait pas de songer à vivre de nouveau en société.

Mais le temps apaisait les colères. Il délivrait une sagesse plus terre à terre, un recul permettant de prendre de la distance avec ses propres sentiments et les évènements. Mais Yingzi n’avait pas encore acquis une once de cette sagesse et, si la solitude lui était dure à vivre, elle lui semblait être ce qu’il y avait de mieux.

La liberté avait une saveur douce et agréable. C’était un fruit sucré et gorgé d’eau, difficile à obtenir, à conserver, mais qu’il chérissait plus que tout.

Posant son regard sur Absinthe, il l'écoutait tandis qu'elle lui disait qu’il était agréable, investi. Yingzi fut touché de ce compliment. Cela faisait partie des petites choses qu’il n’entendait plus depuis qu’il faisait route seul.

Le loup noir l'observa. Il sentait qu’elle vouait un profond amour à sa mère, peut-être même de l’admiration. Elle lui avait transmis une forte croyance qui rythmait la vie d’Absinthe. Cette dernière l’avait citée dans sa prière ce qui traduisait l’importance des sentiments qu’elle avait à son égard. Sa mère lui avait légué cette chose à la fois magnifique et dure à porter qu’était la foi.

« La Lune reviendra. Pour Elle, il faut faire plus qu’espérer : il faut y croire. »

Pourtant, Yingzi était empli de craintes, de doutes, de questions encore. Mais il souhaitait rassurer Absinthe et il croyait fermement que, si la Lune avait besoin de leur foi, il fallait lui apporter la force de la conviction.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe
Alpha du Forum
Alpha du Forum
avatar

Messages : 5213

Votre Loup
Jauge combat:
15/100  (15/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Ven 31 Juil - 11:38

    Absinthe acquiesça avec autant de conviction que possible.

    "Tu as raison. Ne soyons pas appelés des Croyants pour rien."

    La femelle pencha doucement la tête et sa queue ondula derrière elle tandis qu'elle se mettait à réfléchir. Elle voulait lui donner un petit quelque chose en échange de ces encouragements et de ses mots agréables. Elle alla pêcher derrière la statue l'os encore recouvert de quelques centimètres de viande de la patte de caribou.

    "Désolée, elle a fait un peu son temps, mais si tu as un petit creux... N'hésite pas. J'ai mangé à ma faim dessus et je pense qu'il est temps que la viande soit mangée."

    Elle lui apporta donc la part maigre mais tout de même charnue par endroits de la patte.

    "Mange tout ce que tu veux. Emporte la si tu en as envie. C'est avec plaisir que je te la donne. Si entre Croyants on ne peut pas se soutenir, qui le fera pour nous ?"

    Une sorte de famille plus grande que les meutes... C'était une idée agréable.

_________________
Clique pour aider Sarkan !
« Vingtor rise to face the snake with hammer high at the edge of the world »


Dernier entraînement : Intelligence le 22 juillet

Mon site de dons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarkan-island.forumactif.fr
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Lun 24 Aoû - 23:46


Absinthe pencha la tête, visblement dans ses pensées, avant de se retourner pour aller fouiner derrière la statue de Mene. Intrigué, Yingzi dressa ses oreilles sur sa tête et suivit la louve du regard. Elle revint avec une patte d'animal, sur laquelle il restait un peu de chair, à l'odeur étonnante - ce devait être une bête que Yingzi n'avait jamais vu. Encore un mystère de cette île !

Lorsqu'elle lui proposa, lorsque Yingzi comprit qu'elle lui offrait cette viande, son coeur se serra, son estomac se noua. Un sentiment de réconfort s'empara de lui. La viande n'était peut-être plus très fraîche, c'était peut-être une part maigrelette, mais c'était comestible.

Il plongea ses yeux ambrés dans son regard vairon. L'émotion l'emplissait. Savait-elle ce qu'elle faisait ? Offrir un morceau de viande à un solitaire était le plus beau cadeau qu'on pouvait lui faire. Parce que se nourrir était difficile, manger à sa faim ne voulait rien dire, et parce que la liberté lui était déjà acquise.

C'était la plus belle chose qu'elle pouvait lui offrir. Un morceau de viande et du réconfort. Le sentiment d'appartenir encore à un groupe, de pouvoir compter sur quelqu'un.

Peut-être le loup noir s'emballait-il. Il ne connaissait cette louve que depuis ce jour, il ne savait rien d'elle. Et pourtant, il n'était pas du genre à pouvoir être acheté avec de la nourriture. Mais le moment qu'ils avaient partagé avait été intense, et il sentait qu'elle était honnête, qu'il n'avait rien à craindre d'elle.

Cette croyance les réunissait. Même si Yingzi sentait la sienne encore faible, savoir qu'il pouvait la partager avec Absinthe lui plaisait.

"Euh en es-tu... Sûre ?" Bafouilla-t-il, touché par cette offre.

Il inclina légèrement et respectueusement la tête, tandis qu'un "Merci" chargé de reconnaissance franchissait ses babines.

"Je peux l'emporter ?"

Il était plutôt gêné à l'idée de manger devant elle, qui malgré tout semblait affaiblie. Et même si elle lui avait dit que cela ne posait pas de problème qu'il emporte ce morceau de viande, il préférait poser la question. Il espérait notamment qu'elle ait assez à manger pour elle-même après lui avoir donné ce morceau.


HRP:
 

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Absinthe
Alpha du Forum
Alpha du Forum
avatar

Messages : 5213

Votre Loup
Jauge combat:
15/100  (15/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Mer 26 Aoû - 10:36

    Absinthe acquiesça sans hésitation.

    - Je ne peux pas voir un Croyant de Mene souffrir de la faim. Pour moi, c'est bien trop dur. Prends là, emporte là, fais en ce que tu souhaites. Elle est à toi.

    Elle se retourna pour observer la statue de Mene. Il fallait qu'elle soit forte et donc, que ses croyants soient forts pour elle. Absinthe voulait lui donner autant de coups de pouce que nécessaire et surtout, que possible.

    - Je vais aller me reposer quelques instants. Bonne route, si tu repars tout de suite, bonne prière si tu restes un peu. On se reverra peut-être, qui sait.

    Absinthe se dirigea donc vers l'extérieur du temple, dans un buisson entremêlé de branches noires et blanches. La zone en dessous avait été piétinée et écrasée plus d'une fois. Elle s'y coucha après avoir tourné une ou deux fois pour trouver une place correcte... Et s'y endormit rapidement.


    [Out]

_________________
Clique pour aider Sarkan !
« Vingtor rise to face the snake with hammer high at the edge of the world »


Dernier entraînement : Intelligence le 22 juillet

Mon site de dons
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sarkan-island.forumactif.fr
Yingzi
Fourrure dense
Fourrure dense
avatar

Alignement : Hésitant
Qualité élite : Combat - Vitesse
Messages : 201

Votre Loup
Jauge combat:
65/100  (65/100)
Légende:
Relations:

MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   Lun 31 Aoû - 17:43


Yingzi inclina respectueusement la tête, heureux de ce cadeau pour lui inestimable. Pourtant, sur ces épaules pesaient toujours le poids du savoir et la tristesse qui allait de pair. Mais il allait falloir faire avec.

Il hocha la tête lorsqu'Absinthe lui dit qu'elle allait se reposer. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire : Mene avait besoin de croyants en forme pour lui insuffler du courage.

"Bon courage, Absinthe, murmura Yingzi à la louve qui quittait le temple."

Je repasserai, ajouta-t-il pour lui-même. Il ne pouvait pas ignorer tout ce qu'il avait appris, il aurait certainement besoin d'en reparler, de revenir implorer la déesse au temple. Qui sait combien de temps encore ce crépuscule durera ? Avec un frisson, Yingzi prit dans sa gueule l'os, se retourna et quitta le temple pour aller se repaître à l'abri et ressasser toutes ces informations dures à avaler.

Out

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ô belle déesse, entendras-tu mes louanges ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Sarkan :: Au fond de la mer :: Corbeille :: Scenario 19-
Sauter vers: